Retour à l'accueilAngeloVers un autre poème ...

Il parlait, il parlait d’une voix discordante
Par aboiements aigus ; le ton bas, dégoûté.
Silence sur les bancs. Atmosphère étudiante
D’avant Mai 68. Personne n’écoutait.

Personne ? Si, un seul, malgré sa mine absente
Mesurait chaque mot de cette logorrhée
Non pas qu’il la trouvât des plus intéressante
Mais ça pouvait venir ; du moins il l’espérait ...

Et l’orateur disait de sa voix dissonante :
« Le temps c’est de l’argent, le temps vous est compté
Il faut gérer son temps de façon permanente
Et c’est perdre son temps qu’écouter disserter. »


Disez pas n’importe quoi si vous voudriez qu’on vous croive !!!

Et sa méchante voix se fit plus virulente
Encor quand le temps imparti fut dépassé.
Celui qui écoutait, de sa démarche lente,
Sortit. On l’excusa : « Tiens, il était pressé. »

26, 28 et 29 juin 1997

Courriel
Michel ASTRE, Poèmes et chansons pour les cinq saisons.