Retour à l'accueilAntibois qui bien y penseVers un autre poème ...

Ce sot de Napoléon III,
En annexant Nice à la France,
Nous a, en quelque sorte, exclus de la Provence
Et nous a condamnés – en avait-il le droit ? –
À user nos crayons, notre temps légitime
– Alors que c’était simple et court « Antibes, Var » –
À écrire un long et bavard
« Antibes, Alpes-Maritimes ».

Jeudi 6 mars 1997.

ColèresPoèmes sur Antibes

Courriel
Michel ASTRE, Poèmes et chansons pour les cinq saisons.