Retour à l'accueilCréation de Mon mondeVers un autre poème ...

Dans notre vieux monde moderne,
les semaines sont de huit jours !
Ça prouve que les balivernes
Peu recommandé aux élèves de nos écoles publiquesqu’on nous conte depuis toujours,

d’après les Saintes Écritures,
les sept jours de la Création
ne sont que belles aventures
produit de l’imagination …

Au commencement, vous pouvez Me croire,
ce fut le premier jour. Tout tournait rond.
Il y eut Moi, si J’en crois Ma mémoire,
et Je vis que tout cela était bon.

Au deuxième jour, J’épousai Ma Femme,
Il y eut un soir et puis un matin.
Le monde brilla alors de deux flammes,
l’avenir n’était plus si incertain.

Il y eut un soir, et comme la veille
suivit un matin. Une Enfant est née
au troisième jour ; Elle eut nom Mireille
Mon premier bébé, très vite l’Aînée.

Un soir, un matin. Au jour quatrième
vint Mon premier Fils. Comme il va de soi
venant après la Fille, Il fut le deuxième
de Nos Enfants. On Le nomma François.

Au cinquième jour – Vêpres puis matines –
arriva au monde un nouveau bébé
à qui L’On donna le nom de Sandrine,
prénom féminin, c’était bien tombé.

Sans devoir patienter belle lurette,
il tomba aussi matin après soir
et au sixième jour naquit Laurette.
La joie de Tous faisait plaisir à voir.

Il y eut un soir, comme d’habitude
suivi d’un matin et là, sous Nos cieux
pour François finissait la solitude :
au septième jour, arriva Matthieu.

N’en déplaise à tous les syndicalistes
mais au dernier jour (huit) point de repos :
On salua l’arrivée de Baptiste
et Je vis que tout cela était beau.

Ce monde, depuis, tourne mieux que l’autre …
Sans Vous commander, Seigneur Créateur
prenez Votre temps, refaites le votre,
tâchez cette fois d’être à la hauteur.

En sept ou huit jours, là n’est pas l’affaire.
Le truc ce n’est pas la question du temps
mais plutôt du nombre. Il faut sur la terre
savoir se borner aux Gens importants.

14 02 98 & 14 02 00

Courriel
Michel ASTRE, Poèmes et chansons pour les cinq saisons.